chroniques et interviews metal

3440Enforcer (SWE) : Death by Fire

posted by admin on février 27th, 2013

Enforcer (SWE) : Death by FireQui aurait pu prédire quelques années plus tôt qu’un groupe comme « Enforcer » allait devenir une vedette du label Nuclear Blast. L’entrée dans cette prestigieuse maison passe assez fréquemment pour un couronnement de carrière et Olof Wikstrand, le courageux leader de la formation suédoise, l’a très bien compris. « We’re gonna make sure to spread it to every corner of this planet », disait-il lors de l’annonce de la signature chez le visionnaire allemand. L’un guette la gloire, l’autre le filon. Après un « Diamonds » essoufflé, sorti deux ans plus tôt chez l’anglais Earache, les prétendants se pressent pour ravir le trône du heavy revival. Dans cet affrontement au sommet que se livrent les nord-américains aux suédois ce sont ceux d’outre-Atlantique qui ont repris l’initiative. « Enforcer » avait perdu un peu de sa légitimité, de son panache et ne pouvait se borner à voir les trains passer. Il fallait absolument qu’il presse son destin, qu’il entre en contact avec le malin. Qui d’autre qu’une personne possédée par la fourberie aurait pu être à l’initiative de la réponse qui allait suivre. « Death by Fire » a fait appel à la magie noire.

« Enforcer » a beau figurer désormais dans le catalogue d’un label « commercial » par excellence, il n’en garde pas moins les bonnes habitudes. En dignes artisans, Les frères Wilkstrand aiment tout faire de leurs doigts. On pense notamment à l’enregistrement et la production dans leurs studios Hvergelmer. Jonas, le batteur, se sera principalement chargé du mixage du produit. « Death by Fire » serait donc une œuvre artisanale développée à l’échelle planétaire. Néanmoins, un sentiment de malaise domine à travers cette œuvre, du seul regard de la sinistre couverture signée par un ami de longue date d’Olof, Jonathan Hulten de Necromantic Art. L’écoute de l’introduction « Bells of Hades » ne fait que renforcer nos frayeurs. La volupté froide du piano dans un esprit très années 80, un peu à la façon d’un Jon Oliva, suivi de tintements de cloches en arrière-plan, contribuent à créer un phénomène mystérieux. Comme si nous allions profaner un temple maudit ou une tombe.

Les pires maléfices d’autrefois s’échappent d’une boîte de Pandore. Le heavy metal 80s surgit dans une éblouissante fraîcheur dès « Death Rides this Night ». C’est à une véritable déferlante auquel on assiste dans ses riffs mitraillés. Le rythme vous met rapidement à bout de souffle comme lors de la prestation d’ « Enforcer » sur « Into the Night », à la différence qu’ils se montreront beaucoup plus subtils sur ce présent opus. La seconde partie du morceau, plus riche, plus fin, est là pour témoigner de ce fait. L’équipe emprunte volontiers des airs NWOBHM avec un soupçon d’esprit rock n’ roll, tout cela en les renforçant de leur fougue et d’une étonnante réactivité. Cette folle course se poursuit sur le titre suivant « Run for Your Life », reposant sur sa vitesse et des effets virevoltants. L’exercice est enthousiaste, décoiffant, digne d’un « Tank » ou d’un « Tokyo Blade » dans leurs grandes œuvres. A propos de grandes œuvres, le couplet endiablé de « Satan » n’est pas sans rappeler celui de « Metallica » sur un certain « Phantom Lord ». Le refrain est lui beaucoup plus posé, le chanteur si nerveux, se contente de scander le nom du démon, sans doute dans une de ces invocations qui lui ont octroyé une pareille force.

« Death by Fire » se tapisse de zones ombrageuses. Jamais auparavant la formation n’avait autant plongé dans des méandres si intimidants. C’est désormais chose faite si on en croit les débuts sinistres et tourmentés de « Sacrified ». Les guitares sont sur la réserve, c’est le chant, le cri d’Olof qui prendra les devants. La suite, mise en éveil, offre un heavy metal assez basique et toujours aussi maîtrisé. Il faudra attendre la partie instrumentale du dernier tiers pour être bousculé de nouveau. Encore une musique assez mesurée au niveau de sa puissance sur « Silent Hour/The Conjugation », mais tout aussi entreprenant, surtout à partir du break mélancolique situé en milieu de piste. C’est à partir de cet instant que les guitaristes entre pleinement en action et font illustration à la fois de leur aisance et de leur inventivité ; la deuxième partie de piste leur est presque uniquement consacrée. Nous aurons droit à une véritable piste instrumentale pour « Crystal Suite ». On y surprend un riffing très caractéristique de la dame de fer juste aussitôt les coups de semonces de batterie à partir de 1 :28 minute puis à partir de 2 :58 minutes.

Comme nous pouvons encore nous rendre compte, « Enforcer » ne perd pas de vue les grandes formations du genre. On a eu « Iron Maiden », mais a aussi des influences marquées chez « Judas Priest » sur l’entame du morceau « Take Me Out of this Nightmare », que ressemblerait presque à s’y méprendre à « The Hellion ». Ce qui suit ne fait ni dans la copie, ni dans l’égarement, c’est juste une violente décharge électrique qui vous mettra KO. Son rythme galopé et ses riffs mitraillés ont absolument tout pour nous attirer. Ce titre hors norme peut aussi compter sur le refrain solide et entrainant. Comme pour nous achever, ils ont pris soin d’ajouter sur le dernier quart du morceau un instrumental acoustique froid et sombre du meilleur effet. On est loin de l’esprit groovy de « Mesmerized by Fire », qui lui aussi gagne notre estime en partie grâce à son refrain terriblement palpitant. Que ce soit dans un registre heavy speed ou dans une musique trempant un peu plus dans le hard rock comme c’est le cas avec « Mesmerized Fire », « Enforcer » y va à fond la gomme.

La vitesse, l’agilité, le génie. Sans avoir recours aux services d’une voyante, l’avenir, fait de fortune et de gloire, leur semble ainsi tout tracé. En ce début d’année 2013 la troupe des frères Wilkstrand n’aurait aucun défaut. Ceci est troublant. Jamais le niveau de nos compères n’avait été si haut. On croyait déjà celui de « Into the Night » (une référence dans le heavy revival) insurmontable. Les concurrents peuvent s’en mordre les doigts et craindre qu’un vilain sort ne tombe sur eux. Ce troisième long volume des suédois va mettre le feu dans de nombreuses chaumières, et cela dans tous les coins de la planète, comme l’avait prédit le patriarche Olof. Tiens, tiens ! Encore plus troublant ces prédictions. Auraient-ils obtenu le pouvoir de lire l’avenir en plus de pouvoir transformer du heavy plombé en or massif. Oui ! Je vous le dis mes très chers frères et sœurs, le démon s’est emparé de leurs corps. Afin d’assurer leur salut dans l’au-delà nous devons les faire mourir par le feu. Brûlons ces mécréants !

17/20

 

1 Response

001: Gregory merle,

mars 2nd, 2013 at 18:10

Bonne chro vieux chaperon , j’aime beaucoup la musique d’Enforcer mais comme je l’ai dis sur SoM la voie j’ai du mal c’est vraiment dommage car par moment j’ai l’impression d’entendre du bon vieux speed metal .

 

You are currently not logged into an account. Login »