chroniques et interviews metal

4012Rampart : A Tale to Cold

posted by admin on décembre 29th, 2013

Rampart : A Tale to ColdOn ne peut obtenir la félicité que de rares fois, et c’est une règle que semble cruellement connaitre « Rampart ». Suite à son prodigieux effort « Voice of Wilderness », la formation bulgare était à deux doigts de la fermeture totale. L’ensemble des musiciens quittent la formation. Maria Doychinova s’empresse de renouveler sa troupe et d’enregistrer des morceaux. Ils produiront trois morceaux édités sur la cassette « A Tale to Cold », paru en fin 2011. Un peu plus tard, en même temps qu’est planifié un nouvel album une version EP d’« A Tale to Cold » est prévu pour le jour de la sortie de « War Behest ». Cet Ep comprendra en plus des titres du single, deux autres chansons, dont une reprise de « Helloween », figurant également sur la compilation « Helloray – Tribute to Helloween & GammaRay » de 2012. En comparaison du contenu offert par leur premier album sorti trois ans plus tôt, on sentirait chez « Rampart » un méchant essoufflement qui sera très dur à remonter.

Cet essoufflement, ou plus exactement cette baisse notable de niveau, est flagrante non pas trop à cause de l’arrivée de nouveaux musiciens, comme on aurait pu très logiquement croire, mais surtout du fait de Maria elle-même. Elle ne parvient plus à poser convenablement son chant, enlaidi et complètement égaré. Nous le constatons bien à travers un « Metal Spell » rendu poussif par ce fragile apport, quoique nous y retenons un solo aguichant en milieu de piste. Le son aurait perdu en limpidité depuis le précédent volume. « Voice of Wilderness » était en soit une perle dans son style bien trempé, entre heavy metal et power metal. Là, le groupe s’accorde davantage pour un heavy metal abrupt et fastidieux, pas des plus flatteurs comme nous pouvons l’entendre sur « Stronghold of the Sun », qui apparaît indéniablement grippé, assujetti à des riffs typés thrash moderne sans grande conviction.

Cette vélocité sonore impuissante agit avec plus d’effroi sur l’improbable « Dans un rêve ». Maria s’essaye au français. S’en est abominable, inintelligible. On peut voir que le rêve de « Rampart » s’est vite changé en cauchemar. « Dans un Rêve » est en fait la version française du morceau « A Tale to Cold ». D’ailleurs sur la version originale, en anglais, le chant est tout aussi imbuvable. Nous ne comprenons pas une telle déficience de la part Maria, qui s’était montrée si efficace quelques années auparavant. Nous nous rendrons compte qu’elle est en fait beaucoup plus à l’aise quand le rythme prend le large, file à pleine allure. « Rampart » aurait dû s’en tenir au power metal, si on en croit l’excellente reprise de « Just a Little Sign » de « Helloween ». Malheureusement, on sait déjà que la formation ne prendra pas le cheminement souhaitable.

« A Tale to Cold » siffle la fin de la récré pour la formation « Rampart ». Les espoirs si solides que l’on leur avait accordé se sont envolés à l’écoute des nouveaux titres proposés dès 2011. Les musiciens ont changé, mais Maria aussi. Elle se montre méconnaissable, alors que sa glorieuse performance sur « Voice of Wilderness » n’était pas si éloignée. Du heavy speed, titillant parfois le power metal, des débuts, nous avons désormais un heavy metal brut sans maturité. Le second album « War Behest » ne fera que confirmer la tendance, et finir de nous raisonner que « Rampart » n’est plus qu’un groupe de heavy metal lambda, originaire des pays de l’Est. Les désillusions succèdent aux gloires, et contrairement aux dernières, durent plus longtemps.

12/20

Clip Officiel:
. Metal Spell
Metal Spell

 

Comments are closed.