Slave One (FRA) : Cold Obscurantist Light

Slave One (FRA) : Cold Obscurantist LightSlave One est un petit groupe de death français encore quasiment inconnu, formé en 2009 par Seb, multi instrumentiste et growler et qui, avec Cold Obscurantis Light, nous gratifie déjà de sa seconde démo. Si le death français a un temps brillé sur la scène internationale grâce à sa vieille garde composée de Loudblast, Agressor, Massacra et autres No Return, force est de constater que, depuis la seconde moitié des 90‘s, notre metal de la mort hexagonal ne fait plus autant parler de lui à l’étranger. Ceci dit, depuis une dizaine d’années, on a pu constater un véritable renouveau, et avec une flopée de formations telles Benighted, Kronos, Recueil Morbide, Yrkoon, Aabsinthe, Hacride et les pionniers que sont Gojira, les deathsters français parviennent petit-à-petit à se tailler une place honorable sur une scène death européenne largement dominée par les combos suédois et polonais (ou autres Teutons, Danois et Hollandais dans une moindre mesure). Qu’en est-il de Slave One? Peut-on compter ce groupe émergent parmi la troupe grandissante des espoirs nationaux ou doit-on plus le considérer comme un simple petit groupe sans ambition à la musique sympathique mais sans véritable potentiel international? Pas d’inquiétudes amis patriotes, avec les six titres de son nouvel Ep, les sicos de Montargis nous confirment brillamment que la scène française se porte bien et est encore capable de botter bien des culs tout en puissance et en maîtrise!

La première chose qui saute aux yeux avant même d’enfourner la galette dans la chaîne, c’est ce très bel artwork, lourd d’une symbolique sombre et menaçante, rappelant un peu The Apostasy de Behemoth: un étrange être hybride à six bras et au visage humain convulsé en une grimace de souffrance, bouche grande ouverte, toutes dents dehors et la langue largement tirée, les yeux bandés et les mains percées, un long ver semblant avoir fait son nid dans l’abdomen de la créature. Au dessus de cette scène étrange plane un oeil au graphisme très simple: lumières contre ténèbres, humanité contre animalité… Le ton est donné, l’enregistrement sera professionnel ou ne sera pas, et semble annoncer une musique sombre et violente, contrastée, et probablement habitée de quelques notes plus mystiques et introspectives.

La galette débute par une ouverture typée orientale que n’aurait pas reniée Nile, tout en puissance et en majesté, titre court et mid tempo à la lourdeur brise-nuque et qui impose déjà, du haut de ces quelques 2minutes, une technique musicale plus que respectable ( avec, notamment cette basse qui tricote méchamment lors de petits breaks jazzy, un délice!). Un beau crescendo pour introduire comme il se doit les choses sérieuses: For Shiva Whispered The Universe déboule ensuite sur nos platines, et là c’est la baffe! Tantôt brutale et ultra rapide, et appuyée par un guttural sépulcral, – là aussi, autant pour les vocaux que pour les parties furieuses et blastées, on pense irrémédiablement à Nile – tantôt plus lourde et groovy , alternant passages purement death et plages plus progressives, la musique du combo de Montargis surprend par sa maturité. Pour parachever le tout, des chœurs mystiques viennent faire comme un écho lugubre sur ces riffs saccadés s’achevant sur des larsens dissonants, ajoutant beaucoup de profondeur à l’ensemble.

Ce qui est appréciable, c’est que Slave One sait varier et aérer sa musique, les compos sont riches et fouillées sans jamais être redondantes (par exemple, la double fume quand il faut, et les blasts beats sont destructeurs, mais on ne tombe jamais dans le pilonnage à outrance), et les enchaînements passent comme papa dans maman un soir de Saint Valentin arrosée, de sorte que quiconque a les esgourdes déjà bien rodées au metal extrême pourra apprécier assez facilement cet excellent Cold Obscurantis Light. On reste dans une musique puissante et majoritairement mid tempo à l‘ambiance mystique et orientale, mais qui réserve quelques accélérations brutales ainsi que quelques envolées mélodiques des plus délectables

Pour tenter de vous donner une idée plus précise de la bête (ou achever de vous perdre, c’est selon!), The Cold Obscurantist Light and the Manufactured Aeon, véritable point d‘orgue de cet Ep avec ses 6min30, est une véritable leçon de death moderne et technique, avec un enchevêtrement d’influences inextricables fusionnées en une maîtrise parfaite: cette lourdeur majestueuse qui entame le titre, toujours très  ”nilesque” , suivie d’un petit solo aux consonances flamenco qui nous renverra aux Français d’Impurezza, à la suite de quoi, on perçoit une coloration Coprofago pour ce côté très syncopé et maladif, un peu de deathcore à la Beneath the Massacre pour ce blast martelant sur ces larsens dissonants… On pourrait aussi penser à Cynic dans l’utilisation de certaines mélodies et lors de cette partie de guitare improbable à la résonance très synthétique à 3min31, après laquelle surgit un riff magique me faisant furieusement penser à Spirit Crusher de vous-savez-qui… Bref, un vrai patchwork d’influences habilement distillées, le tout toujours saupoudré de cette patte mystique et orientale qui semble être le fil conducteur de l’album et comme la trame narrative de la thématique générale de l’oeuvre.

Histoire de vous parfaire un tableau déjà idyllique, le son est au poil, tous les instruments sont parfaitement audibles et aucun n‘empiète sur l‘autre, rien à redire de ce côté-là, du costaud pour une prod’ maison! Pour résumer, un artwork très professionnel, un son impeccable, et une musique puissante, riche, variée et accrocheuse, que demander de plus? Plus de titres, biensûr!

Toujours est-il que tout amateur de death qui se respecte appréciera cette sortie comme il se doit, et je ne saurais que trop recommander à tout deathster ayant envie de s’offrir 25 minutes de plaisir sonore tout en soutenant notre belle scène nationale de se procurer ce skeud de toute urgence! Quant à moi, je n’ai qu’une chose à ajouter: vivement le premier album!

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.