Chroniques de Julien

Toute l'actualité metal par Julien

Archive for the 'Gothic Metal' Category

Machina Deus Ex : Figurines

Machina Deus Ex : FigurinesMachian Deus Ex est de retour avec ce que l’on pourrait appeler un vrai premier album. Pour les franciliens pas besoin de présenter le groupe qui écume notre région depuis plus 4 ans. Il faut reconnaître que le groupe a su mettre tout le monde d’accord avec un Unease d’excellente facture. Qu’allait il en être pour ce premier opus, la réponse ne se fera pas attendre bien longtemps.

Des les premières notes de ce Figurines, nous sommes immédiatement plongé dans l’atmosphère si spéciale qui englobe le groupe. Pas de doutes possibles le groupe a gardé la formule qui a fait son succès. A savoir des guitares bien puissantes qui viennent trancher dans le vif des passages plus planant, et un duo de chanteurs toujours au top. J’avais osé la comparaison avec un Lacuna Coil et je maintiendrais cette voie bien que les compos ont su trouver un chemin un peu différent. Encore plus encré dans des ambiances à la Cure ce disque vaut par sa grande maîtrise musicale. Chaque note, chaque son tombe au bon moment afin d’instaurer une dynamique charmeuse. Mettre le doigt dans Figurines, c’est mettre le doigt dans un engrenage de plus de 55 minutes de bonheur.

En plus du mélange de compos aérées/gros riffs qui fait headbanger, ce qui fait l’attraction de ce nouvel opus de Machina Deus Ex, c’est bien entendu l’osmose entre les deux chanteurs. Pour ce qui est de Sandrine, sa voix reste toujours aussi ensorceleuse et l’un des must en France. Malgré son degré de maîtrise sur Unease, on sent bien qu’un palier a été franchi. C’est exactement la même chose pour Gregory. Bien que son chant soit un peu plus en retrait (a mon goût), sa progression se sent aussi. Résultat c’est encore plus prenant et captivant qu’avant. Les années à tourner et à travailler on largement porté ces fruits.

Dernier point, et pas des moindre, la qualité sonore est très largement au rendez vous ce qui ajoute encore plus aux ambiances et à l’aspect qualitatif ce det album.

Une confirmation du talent du groupe. Avec de l’expérience acquise et un Cd en béton armé Machina Deus Ex est parti pour la conquête de la planète gothique. Un seul mot BRAVO !!!!!!

No comments

Sham Rain : Goodbye to all That

Sham Rain : Goodbye to all ThatShamrain. Ce nom ne vous dit probablement rien mais c’est dommage.Même si le groupe s’aventure dans des contrés au sentier battus par Muse, le groupe n’en oublie pas pour autant son pays la finlande. Résultats un disque certes plutôt pop mais avec une pointe finlandaise que l’on pourrait qualifier de « Katatoniesque ». Au final c’est plutôt pas mal

C’est donc dans un méandre assez sombre que nous allons nous retrouver. Pas d’éclats de joie intempestifs, dépression quand tu nous tiens. C’est sans retenu que le groupe use de cette arme du coté obscure. Oui la musique est assez pop, mais non c’est n’est pas un pal copie sans relief de Muse ou Placebo. Le clavier joue un part importante dans ce coté dépressif. Les nappes y sont utilisées avec brio et elles nous font passer bon nombre d’émotions. Ne chercher pas trop la distorsion dans les grattes, il n’y en a que très peu mais on pourrait souligné son utilisation judicieuse a certains moment critique du disque.

Le chant est assez feutré oscillant entre des graves bien senti et quelques aigues bien sentis aux aussi. En faite le seul défaut de ce disque est peut être sa trop grande homogénéité. Les premières écoutes pourront certainement en décrocher plus d’un. Il faut véritablement s’imprégner de l’ambiance pour distinguer les ruptures et les nuances entres les titres. Mais au final est-ce un véritable défaut……. ?

La production est très soignée mais c’est normal c’est « Made In Finland »

Un bon disque de pop-rock-gothique qui ne laissera pas indifférent les aficionados du genre. Un très bon troisième album !!!!!

No comments

Dawn Of Solace : The Darkness

Dawn Of Solace : The DarknessSi le nom d’Opeth vous est un tant soit peu familier, Vous n’avez pas tellement besoin d’en lire plus car Dawn Of Solace est un one man band copie du groupe suédois. Mais bon il faut reconnaître que ce disque est quand même bien ficelé donc ca passera pour certains et cassera pour d’autre.

C’est vrai qu’il faut concéder un certain talent a Tuomas Saukkonen. Même si son album n’est pas « original » au sens propre du terme il arrive a lui tout seul a faire aussi bien que ses homologues d’Opeth. Ambiances sombres et envoûtantes prônées par des guitares heavy à souhait. Petits passages acoustiques captivants. Soli bien exécutés dans la continuité de la mélodique initiale. Un véritable tour de force. Seul le chant clair a été laissé a un ami, Lars Eikind.

Niveau compos nous nous raprochons donc de ce que peut nous proposer Opeth. Des morceaux avoisinant les 6 minutes, dans passages ambiants collant parfaitement à l’ambiance générale, rien a redire mais surtout rien à dire tout court. Car oui c’est bien fait, oui ça pourra plaire aux fans des suédois mais bon on cherche encore une once de touche personnel et hormis le chant qui est différent (eh oui il est dur a imiter notre ami Mikael Ã…kerfeldt), il n’y en a pas. Est-ce pour autant qu’il faut dénigrer ce premier disque, j’avoue que je n’ai pas la réponse. A l’écoute ce disque se révèle agréable et en faisant abstraction de cette satanée ressemblance, il aurait été même génial. Dommage donc que Tuomas Saukkonen arrive avec plus 15 ans de retard.

Disque dont le sort est entre vos mains. C’est quasiment du Opeth pur jus donc avec vous choisir, la balle est dans votre camp

No comments

November-7 : Angel

November-7 : AngelLorsque l’on voit débarquer de nouveaux groupes a chanteuse, qui plus est italienne, on ne peut s’empêcher de lancer une comparaison avec Lacuna Coil. Pas complètement faux mais pas complètement vrai non plus. C’est la que le talent fait son Å“uvre et nous offre un disque qui aurait pu être une vulgaire parodie mais qui ne l’est pas. Ce cinq titres est excellent et plein de maturité, ça sent le gros groupe en devenir.

Le gros atout de ce groupe c’est sa faculté a se muer en fonction des styles a adopter. Tout en gardant le file directeur du chant féminin envoûtant a la manière du Cristina Scabbia, November-7 nous offre un horizon musical plus riche. Que ce soit un coté électro un peu new wave ou encore un métal puissant avec gros refrain, le groupe peut tout faire. Le groupe parvient a nous mettre a fleur de peau avec une sincérité musicale impressionnante. Nous pouvons même parfois lancer une petite comparaison avec un bon vieux Theatre Of Tragedy en terme d’émotion. Cinq titres et quasiment cinq ambiances différentes. Deux titre m’on vraiment bine accroché « Angel » et « Falling Down ». Le premier a déjà fait le tour du monde et on comprend vite pourquoi. Il est aussi accessible que bien écrit. Pour le second c’est le coté un peu étrange et légèrement décalé par rapport au autres titre qui m’a plu.

Un petit mot sur la pord’ maison. Excellente, son cristallin, je veux le même chez moi. Blague a part, la production est très pro et c’est un véritable plaisir auditif.

Excellente découverte que ce groupe italiano-suisse. Nous risquons d’en entendre beaucoup parler dans les mois a venir pour peu qu’on leur donne une bonne chance de s’exprimer !!!!!!!!

No comments

November-7 : Angel (Season II)

November-7 : Angel (Season II)Lorsque l’on voit débarquer de nouveaux groupes a chanteuse, qui plus est italienne, on ne peut s’empêcher de lancer une comparaison avec Lacuna Coil. Pas complètement faux mais pas complètement vrai non plus. C’est la que le talent fait son ?uvre et nous offre un disque qui aurait pu être une vulgaire parodie mais qui ne l’est pas. Ce cinq titres est excellent et plein de maturité, ça sent le gros groupe en devenir.

Le gros atout de ce groupe c’est sa faculté a se muer en fonction des styles a adopter. Tout en gardant le file directeur du chant féminin envoûtant a la manière du Cristina Scabbia, November-7 nous offre un horizon musical plus riche. Que ce soit un coté électro un peu new wave ou encore un métal puissant avec gros refrain, le groupe peut tout faire. Le groupe parvient a nous mettre a fleur de peau avec une sincérité musicale impressionnante. Nous pouvons même parfois lancer une petite comparaison avec un bon vieux Theatre Of Tragedy en terme d’émotion. Cinq titres et quasiment cinq ambiances différentes. Deux titre m’on vraiment bine accroché « Angel » et « Falling Down ». Le premier a déjà fait le tour du monde et on comprend vite pourquoi. Il est aussi accessible que bien écrit. Pour le second c’est le coté un peu étrange et légèrement décalé par rapport au autres titre qui m’a plu.

Un petit mot sur la pord’ maison. Excellente, son cristallin, je veux le même chez moi. Blague a part, la production est très pro et c’est un véritable plaisir auditif.

Excellente découverte que ce groupe italiano-suisse. Nous risquons d’en entendre beaucoup parler dans les mois a venir pour peu qu’on leur donne une bonne chance de s’exprimer !!!!!!!!

No comments

Interview : The 69 Eyes

interview The 69 Eyes
Me voici donc en compagnie de Jyrki 69, chanteur charismatique du groupe The 69 Eyes. Entre deux autographes et photos avec des fans venus en masse, il prend le temps de répondre a quelques questions au sujet d’Angels, leur nouvel opus. Récit.

1) Première question obligatoire, peux tu nous raconter l’histoire du groupe ?
La musique de The 69 eyes a vraiment commencée a s’exporter en 1998. Avant nous traînions dans des bars rock de Helsinki. C’était super car toutes les personnes que nous rencontrions devenaient des amis de picole. Nous voulions jouer du rock’n roll, se taper des filles, se bourrer. Dans le lot il y avait des mecs qui savaient jouer d’instruments. Un jour nous avons essayé de jouer quelques trucs et ça a collé. Après nous avons commencé a être un groupe avec un site internet. C’est une histoire très old scool. Lorsque que c’est arrivé c’était la fin des année 80. Le glam rock venait de Hollywood mais nous avions l’impression que l’on nous avait piqué nos idée (il rit). C’est pour ça que nous avons décidé d’être le groupe le plus bruyant en combinant ce rock d’Hollywood avec du punk rock de New York comme les Ramones. Notre guitariste est très influencé par Metallica et Motörhead. La musique gothique et le Horror rock comme The Clams nous ont beaucoup influencé aussi. Nous avons commencé sur un petit label indépendant ce qui nous a permis de tourner en Finlande et vraiment un tout petit peu dans le reste du monde. Ca a bien pris 10 ans pour que nous trouvions notre son mais maintenant nous le tenons. Ce que j’espère c’est le fait d’être signé sur une major, d’avoir fait le tour du monde et vendu pas mal de disque n’a pas affecté le coté relationnel que nous avons avec le public. Nous voulons avoir la même motivation qu’a nos débuts. Le plus important pour nous c’est prendre du plaisir, voir de belles filles a nos concerts et pouvoir aller jouer dans des festivals pour voir nos idoles car nous ne sommes qu’un groupe de music parmi tant d’autres. Nous sommes très heureux du résultat. Bien que cela ai pris presque dix ans, nous sommes vraiment heureux.
(Essayant de poser la question suivante, Jyrki me coupe)
Tu peux te dire que 15 ans c’est super long mais j’ai plutôt l’impression que c’est comme un commencement. Chaque nouvel album, nouvelle tournée semble être comme la première fois. A chaque fois c’est unique et particulier. Le succès du groupe ainsi que sa réputation ne fait que grandir un peu plus chaque jour. Pour Angels nous avons changé de mangement et d’agent et j’ai l’impression que nous avons franchi une nouvelle étape. Le futur nous réserve encore plein de surprises et c’est très excitant

2) Pourrais décrire la musique de The 69 Eyes en trois mots ?
Je pense que ça ressemblerait a Vampire Rock’n Roll (il rit). C’est aussi simple que ça. Je pense que Vampire incluse le Glam, le rock. Nous n’avons pas black métal dans notre son mais nous avons un peu ce coté sombre.

3) Peux tu nous parler plus en détails de votre nouvel album, Angels ?
L’écriture va toujours dans le sens de nos guitaristes. Ils enregistrent quelques démos et ils me donnent des CDs, sans chants bien entendu (il rit). Ensuite je vois si l’inspiration me vient. Parfois tu écoutes la démos et ca fait comme un film. Je vais dormir et le lendemain il en ressort quelque chose de bien. Tu vois ca se mélange dans ma tête. C’est vraiment une grande interaction entre nos guitaristes et moi-même. Si un truc ne me plait pas, ça va directement à la poubelle, sinon on le garde. Nous enregistrons ensuite les titres avec mes idées de paroles et de lignes de chant. Lorsque nous avons assez de matériel, le producteurs entre en jeux mais pas avant. Mike est plutôt la pour faire les arrangements. Mais c’est vraiment la partie la plus intéressante du travail. Nous faisons nos albums comme au premiers jours, sauf que nous n’avions pas de producteurs à l’époque (il sourit). Il y avait bien Timo Tolki de Stratovarius mais il était plus en charge de l’enregistrement que des arrangements.

4) Que représente l’esprit du métal pour toi ?
L’esprit du métal c’est comme un peu comme une force physique. C’est quelque qui te transport au delà des années et qui crée quelque chose de nouveau. Que tu fasses quelque qui soit très noisy ou du néo métal c’est a chaque fois une création et une nouvelle chose. Mais l’esprit original est en train de revenir et c’est pour ça que le métal est si cool. Iron maiden n’a jamais été aussi populaire que maintenant. Tu pourras faire du nouveau mais c’est un peu comme un cercle et l’on reviendra toujours à l’origine. Le rap métal est probablement la chose la plus inattendue mais lorsque tu vois des groupes comme 3 Inches of Blood qui est un jeune groupe et qui pratique une musique vraiment old scool tu ne peux que penser a un retour aux sources. C’est pour ça que l’esprit du métal est indestructible.

5) Quelles sont tes influences ?
J’écoutais vraiment du vieux rock des années 50 comme Elvis Presley par exemple. Mais je n’aimais pas que des vieux trucs, j’ai écouté aussi des groupes de mon époque. Je ne comprends pas mon engouement pour Elvis mais j’ai écouté des groupes comme les Doors ou encore Darkthrone qui a su crée quelque chose d’unique. Aujourd’hui je suis vraiment a fond dans le black, il y a vraiment des truc très intéressant dans le black d’aujourd’hui. Le nouveau Darkthrone ou encore le nouveau Dimmu Borgir sont vraiment géniaux. Le nouveau Mayhem est assez cool aussi. Tu sais avant de monter sur scène on se met de la musique a fond ce qui fait que l’on écoute beaucoup de groupes. On s’est arrêté sur le premier album d’Exodus qui sonne comme un album récent et pourtant il se fait vieux.

6) Un dernier mot pour les fans?.
Oh j’ai une grande affection pour la France, surtout avec Paris. J’ai plein d’amis ici, j’aiété DJ ici dans un club. Nous avons un album Paris Kills qui décrit à quel point j’aime cette ville. C’est la première fois que nous jouons ici depuis la sortie de Angels mais nous espérons revenir avant le prochain album.
Vive la France (en français dans le texte)

En savoir plus sur The 69 Eyes

No comments

Autumn (NL) : My New Time

Autumn (NL) : My New TimeA l’instar de l’Allemagne et de son traditionnel heavy metal, on pourrait dire que la Hollande est le pays du métal gothique a chant féminin. Autumn fait parti de ces excellents groupes qui ont su emboîter le pas de The Gathering ou encore de Within Temptation. C’est donc avec leur troisième album, que le groupe nous revient en cette belle année 2007.

Le premier constat c’est que le groupe a évoluer. Si une étiquette de copie de Within Temptation pouvait coller à Autumn, c’est bel et bien fini. Le coté métal a été pis un peu en retrait ce qui permet de découvrir un album plus simple, plus direct et osons le dire plus pop. « Blue Wine » ne sera pas sans faire penser a quelque titres récent de pop. Et alors ? Et bien on regrettera que le groupe se noie dans son nouveau créneau. C’est ce que l’on appelle le deuxième effet Kiss cool. Premier effet : « cool ça change d’avant !!!!! ». Deuxième effet : « arf on s’ennuie rapidement et c’est pas très original sur la durée ». On pourrait être encore plus dur en disant que les balades relativement mélancoliques font tout de même un peu Gathering, mais la on est méchant.

Et pourtant la volonté de faire quelque de différent est bien là. Malheureusement, les démons de la pop sont bien présents. Dommage car le chant est de qualité. Il porte a lui seul l’intégralité de ce disque. Et la belle Nienke n’en laisse pas une miette mais l’ensemble résolument trop classique fatigue. L’exécution est parfaite mais c’est la compo en elle-même qui hasardeuse. Reste qu’en live, combiné aux titres de ces prédécesseurs ça peu donner quelques choses d’intéressant.

On va aussi critiquer le son qui n’a rien de bien palpitant. On prendrait celui des deux autres groupes cités précédemment, il serait identique. Dommage que cet aspect n’est pas évolué avec la musique. Enfin…

Pour conclure mieux vaut voir My New Time comme ce qu’il est, un album transitoire. Pas mauvais sur le fond il reste trop maladroit dans sa composition pour prétendre a mieux que moyen.

No comments

Paradise Lost : In Requiem

Paradise Lost : In RequiemDans la vie de certains groupe, il y a des disques qui seront appelés a être mythique et cela va être probablement le cas de ce In Requiem. Plus qu’un simple album de Paradise Lost cet album est le reflet de ce que le groupe nous offre depuis plus de quinze ans. Sans privilégier un chemin plus qu’un autre, ce nouvel opus préfère nous offrir un savant mélange de tous ce qu’est (ou a été) Paradise Lost. Mythique je vous le dis.

Quelque soit ce que vous avez aimez dans Paradise Lost vous le retrouverez dans ce album. Mais ce qui est le plus frappant c’est que cela faisait bien longtemps que nous n’avions pas eu un tel niveau de composition. Les onze titres qui composent In Requiem sont tellement personnels et tellement riche de l’expérience du groupe qu’il est presque impossible de le rejeter même si l’on n’aime pas le groupe. En même temps les fans de toutes heures y trouveront également leur bonheur. Peu de disque peu se targuer de faire cette effet là. C’est dit, si il ne devait y en avoir qu’un a écouter c’est celui là.

Ce que le groupe nous propose aujourd’hui est la combinaison habile entre quelque chose d’extrêmement prenant et mélancolique, et des mélodies accrocheuses a souhait. Le refrain est facile mais l’émotion est omniprésente. Vous souvenez vous de ce sentiments que vous avez lorsque vous écoutiez l’opus précédent. Nous sommes sur la même vague mais cette fois ci le groupe ne s’est pas arrêté en route et nous propose ce qu’il n’avait pas totalement osé sur l’album éponyme. Outre les mélodies et les refrain catchy, on retrouve de magnifique solos qui prouvent que le groupe s’est investi dans les moindres recoins.

Toujours aussi impressionnant Nick Holmes, nous prouve encore une fois (et si besoin est) qui est un excellent chanteur. Pouvant adapté sa voix a tous types de chant, il se veut aussi bien mélodieux et doux (« Your Own Reality ») qu’ultra agressif. Néophyte ou fan vous ne pourrez vous tromper.

Le groupe continue a surfer sur sa vague, gros bon son métal qui envoie du gras a fon les ballons. Cette politique me convient après cette évolution va peu être en énervé plus d’un. Malgré tout ce gros son reste personnel et il colle parfaitement à l’ambiance générale d’In Requiem.

Un album passionnant qui vous prendra aux tripes. Fans de toute heures ce disque est évidement pour vous. Si vous n’avez jamais écouté Paradise Lost, tentez l’écoute d’In Requiem. Ce disque peut satisfaire bon nombre de faim sans pour autant se fourvoyer.

Une leçon d’écriture !!!!!!!!

No comments

Delain : Lucidity

Delain : LucidityDelain, Delain, Delain. Mais qu’est-ce donc que ce groupe qui se voit le droit de sortir son premier opus chez Roadrunner. Regardons y de plus prêt. Au clavier Martijn Westerholt, OK, au chant Charlotte Wessels, OK, batterie Sander Zoer, OK, guitare Ad Sluyter, OK et à la basse Marko Hielata, bah OK. Voilà en gros le voûte de ce nouveau combo évoluant, comme vous pouvez vous en doutez, dans un heavy symphonique a chanteuse. Alors vrai bon album ou pur produit marketing ?

La réponse ne tardera pas a venir. A l’écoute de cet album on sent bien qu’il est bien écrit, très bien interprété et excessivement bien produit. Ca sonne gros et on se croirait revenu a la bonne vielle époque de Mother Earth. Un mal ? Bien sur que non. Alors que Within Temptation s’oriente plus vers Evanescence que vers ce qui a fait sa force, cet album ravivera certaines flammes. Heavy a souhait avec la petite touche symphonique apporté par le clavier, cet album redonne ses lettres de noblesse à un style bien trop délaissé par les maîtres du genre. Mais ce qui fit la grande force ce cet album c’est également son pléthore de guest tout simplement hallucinant. Liv Kristine, Sharon den Adel (tient tient…..), Ariën van Weezenbeek, George Oosthoek et pour finir Guus Eikens. Voila de quoi se faire bien plaisir non?

Chacun de ces prestigieux guest se voit allouer une place qui lui va a merveille. Il est évident que cette remarque est d’autant plus vraie pour les vocaux. On reconnaîtra a tour de rôle, soit un coté Within soit un coté Epica. La petite balade de Liv Kristine(« See Me in Shadow ») est des plus envoûtante.

Alors bien entendu vous ne trouverez pas The riff qui tue mais l’ensemble est tellement homogène qu’il n’y a pas de quoi ciré au scandale. Oui il y a des faux airs de tel ou tel groupe mais après tout le plus important n’est-il pas de se faire plaisir. Les riffs sont bien heavy, l’aspect symphonique bien présent, chacun des acteurs de ce disque se donnent à 200%, aucun titre à jeter. Impec’

Agréablement surpris, ce disque est a conseiller à toutes personnes en manque de disques telle que Mother Earth. Quoi qu’il a arrive, ce disque est un bon investissement !!!!!!!!

No comments

Bloody Mary : Blood’N'Roll

Blood'N'RollJ’avoue que lorsque que j’ai vu arriver ce disque j’ai eu un peu peur. En effet rien ne ressemble plus à Him dans le look que Bloody Mary. De toute façon le groupe ne s’en cache pas Him est l’une de leurs influences majeures. Pas de problème, je me lance hardis dans cette écoute qui pourrait bien sonné la fin de ma santé mentale. Je suis un peu moqueur mais si je le suis c’est bien que ce disque c’est révélé bien plus intéressant que prévu, surpassant pour l’occasion le groupe précédemment cité. Rock’ Goth !!!!!

Des les premières notes, nous sommes plongés dans un univers bel bien gothique. A l’instar de groupes phares dans le genre, Bloody Mary prouve qu’ils ne sont pas là pour faire de la figuration. Les mélodique sont accrocheuses et leurs interprétations sont sans failles. Ce doit être le coté plus heavy de l’ensemble qui doit faire la différence. Bien que surfant sur la vague de groupe comme Him ou encore The Cult, le groupe y adjoint une touche perso qui fait la différence. Pour ceux qui ne suivent pas, la touche perso est bel et bien ce coté plus métal, plus catchy. En les voyant accoutré à la manière de la bande à Ville, je n’en attendais pas tant et la surprise fût donc de taille.

En revanche en terme de chant on ne peut pas se trompé et il n’y a pas d’équivoque. C’est du goth pur jus saupoudré de quelques hurlement parsi parla mais toujours bien senti. Il se rapproche de groupes comme To Die For.

Alors oui le groupe nous donne dans un rock gothique qui ne sera pas du goût de tout le monde, en revanche pour toutes les personne qui sont sensibles a ce genre, vous allez vous régaler.

Sans révolutionner le genre, Bloody Mary réussi des son premier album à placer la barre très haute. Un bonne nouveauté dans le genre qui apportera sa pierre à l’édifice.

No comments

Page suivante »