Samael : Solar Soul

Ξ août 15th, 2010 | → 0 Comments | ∇ Black Electro |

Samael : Solar SoulOn ne présente plus Samael, ce groupe d’indus ayant comme petite particularité de nous proposer des albums aussi différents les uns que les autres, chacun ayant son thème, son design, sa patte musicale…si bien qu’à chaque opus, la question qu’on se pose n’est autre que « Que nous font-ils encore ? ». Car en effet, dans ce groupe, il y en a pour tous les goûts, si bien que personne n’est lésé ou mis à l’écart.

Forcément avec ce « Solar Soul », nous sommes en droit de nous demander à quoi ressemble la musique, dans quel monde les Suisses nous embarquent, dans quel univers musical ils se sont essayés…. Eh bien pour le coup, nous voici les bienvenus dans la mythologie gréco-romaine, et ce après nous avoir emmené loin dans des contrées spatiales avec « Eternal » et dans un monde oriental avec « Reign of Light ».

Le concept semble si évident après avoir écouté la musique mais la cover et le visuel l’est moins aux premiers abords. En voyant cet espèce de soleil et cette lune, éléments astrales si chers à nos amis suisses, on ne penserait pas que justement, la musique diffère des dernières sorties. En effet, après une petite virée à l’intérieur du livret, nous pouvons voir sculptures, gravures, mosaïques et même poteries, assez typique de cet empire gréco-romain. La tracklist peut elle aussi nous mettre sur la voie après avoir lu des noms tels que « Ave ! » ou « Olympus ».

Mais cela ne suffit pas, pour en avoir le cœur net, il faut toujours se pencher sur le contenu, l’objet qui nous intéresse réellement, l’album, et donc, la musique.

Samael nous a toujours habitués, surtout après l’avènement de leur album transitionnel « Passage », à des mélodies enivrantes, beaucoup de claviers et des ambiances martiales. Le combo ne change donc pas ses habitudes sur cet album-ci puisque dès le titre d’ouverture éponyme, on retrouve tout ce à quoi on s’attendait depuis le départ : de la puissance, de la mélodie et des Passages planants. Guitares incisives, chant tranchant et ultra charismatique, mais aussi une batterie un chouillat plus vrai que nature (le rythme étant créé à la boîte à rythme depuis « Passage » justement). Ajoutez à cela bien sûr, une mélodie très facile à retenir, qui fait que ce titre-ci permet de nous entraîner et de nous faire saliver de bonheur.

Les deux morceaux qui suivent, à savoir « Promised Land » et « Slavocracy » sont totalement déroutants car ils changent assez de l’ordinaire. On retrouve la patte de Samael, les ambiances, mais la façon dont tout cela est appréhendé est différente. Ces titres se veulent vraiment puissants, avec un son lourd et dense. De plus, on y retrouve beaucoup plus d’électro qu’à l’accoutumer. Beaucoup de bruitages, d’effets, soutenant les guitares lançant des offensives, et ce chant, ô combien rageur et grave mais si mélodique. Bien que le rythme soit en tempo moyen, on est littéralement pris et embarqués dans ce déluge musical et ça fait du bien. Cependant, si bien sûr vous êtes allergiques à tout ce qui est électronique voire symphonique, ça n’est pas trop fait pour vous…

Le reste de l’opus se veut tout aussi puissant et entraînant, dynamique, mélodique et électronique, tout en étant incorporé d’éléments et d’ambiances typiques de l’empire gréco-romain. On ne sera pas étonnés de retrouver des sitars, des chœurs mais aussi quelques percussions et instruments assez représentatives. « Western Ground », « Quasar Waves » ou « Alliance » sont de bons exemples et permettent aisément de s’imprégner de cette ambiance si antique. Des titres tels que « Ave ! » ou « Olympus », eux, sont sans doute les plus atmosphériques, de par ce rythme assez lent, de la prédominance du clavier et de la modulation du chant.

Si « On the Rise » est surtout un titre fait pour remuer, le rythme étant ultra dynamique, la musique très agressive, le titre bonus « Architect », lui, sort du lot de par son ambiance assez sombre et son refrain relativement planant. Pas de chichi pour ce morceau, tout réside dans la composition, les harmonies à la guitare, la voix, qui se pose délicatement sur un fond d’ambiance aux claviers.

A noter aussi la présence de la chanteuse Vibeke Stene, ex chanteuse de Tristania, sur le titre « Suspended Time », apportant un léger côté sensuel…

Un autre très bon album pour Samael qui sait quoi faire de son talent. Ils innovent à chaque album et ne semblent pas prêts d’avoir fini d’évoluer ou même de saturer. L’alchimie dégagée dans chaque titre est tel que presque rien est à jeter, même si des titres sont forcément moins bons que d’autres (je vise en particulier « Ave ! », original, planant peut-être, mais pas transcendant pour un sous et surtout très linéaire…). Laissez vous embarquer avec ce « Solar Soul » et profitez du voyage…

 

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

  • Index

  • Reviews

  • RSS Spirit Of Metal News