Arcanorum Astrum : Enlightenment

Ξ janvier 8th, 2013 | → 0 Comments | ∇ Symphonic Blackened Death Metal |

Arcanorum Astrum : EnlightenmentOn ne compte plus les groupes de black symphonique sortant de Russie, et pour cause, la majorité des nouvelles formations viennent tout droit de ces contrées hivernales. Guidéede prime abord par le duo Stigmatic Chorus / Crystal Abyss à la fin des années 90, cette scène révèle bon nombres de musiciens aguerris qui leur emboîtent le pas depuis une bonne décennie. Les dérivés sont suffisamment éclectiques pour attirer et la production suffisamment puissante pour égaler les productions européennes. Quant à la forme, même si on retrouve certaines empreintes norvégiennes, les mélodies et ambiances sont marqués par le folklore de l’est et par les froides températures.

De Moscou, Arcanorum Astrum fait partie des dernières révélations à surveiller de très prêt. Avec sa première démo sortie en 2009, le sextet proposait un black/death symphonique brute de décoffrage où s’entremêlaient la brutalité des guitares à la légèreté et au côté cristallin des compositions. Il remet le couvert fin 2012 avec « Enlightenment », le premier full length de nouveau auto-produit. Même s’il est marqué par un léger changement de line up avec le remplacement du chanteur Panzer par Eazas (Grey Heaven Fall), on retrouve cette puissance et cette brutalité sans concession tout au long des compositions, Arcanorum Astrum ne lésinant pas sur un assemblage massif de blasts beats et de riffs percutants. Les claviers distillent une ambiance sombre et froide, à l’image du premier morceau « Warrior of Darkness », qui figurait sur la première démo.

L’alliage du black et du death metal fait mouche, en particulier dans les riffs. Massifs et variés, ils dynamisent les compositions tout en laissant la place aux atmosphères. Il n’y a pas de répit avec Arcanorum Astrum, même les passages les moins brutes regorgent d’agressivité, en particulier dans le chant. Il est aussi intéressant de voir que le groupe arrive à échapper à la linéarité, grâce à un certain éclectisme. Même si les influences musicales sont variées, on n’est loin de tomber dans un fourre-tout, bien au contraire. L’ensemble reste cohérent et adapté à l’univers des Russes, que ce soit sur un « Battle for Future » plus futuriste, avec les sons électroniques, sur un « War of Chaos » ou un « Mortal Sin », avec quelques chants clairs et une osmose parfaite entre claviers et batterie, ou encore un « Illusion of Truth », très marqué par l’empreinte black symphonique russe (chant russe bien mis en avant, beaucoup de claviers, côté théâtral…).

Les influences death d’Arcanorum Astrum se confirment avec « Without Judgement », une cover du groupe Death. On ne peut pas dire que l’inspiration manque au sextet, car même cette reprise réserve son lot de surprises. Le groupe a gardé son identité tout en conversant les principales caractéristiques du morceau original (mélodies, riffs). Les guitares et les claviers se combinent pour former un tout, ni l’un ni l’autre ne prenant plus de place.

Même si souvent le black symphonique russe n’est pas le plus original, il y a toujours des groupes qui arrivent à renverser la tendance, et il est clair qu’Arcanorum Astrum fait partie des jeunes recrues ayant le plus de talent, grâce à une musique puissante, agressive et mélodique et une ambiance particulière, reconnaissable entre mille. Ils ont en tout cas toutes les chances de pouvoir percer en dehors de leur Russie natale s’ils continuent sur cette voie.

 

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

  • Index

  • Reviews

  • RSS Spirit Of Metal News