Seecrees : Genesis

Ξ juillet 11th, 2011 | → 3 commentaires | ∇ Cyber Metal |

Seecrees : GenesisC’est la folie ! Depuis plusieurs années, les groupes de Metal Moderne n’en finissent pas de fleurir, ainsi que la vague Cyber Metal dans ses filets, menée de pied ferme par Sybreed ou encore Illidiance. Alors que les années 2000 faisaient apparaître une scène quelque peu timide, le palier 2010 semble au contraire lui être bénéfique, les dernières sorties en date en la matière étant de bons exemples (Neurotech, The Interbeing, Kreepmaster, etc).

Pourtant, il semblerait que le Cyber Metal soit quelque peu en stagnation selon les sous-genres qu’on peut lui offrir (cyber metal, cyber thrash, cyber core, cyber death, cyber black etc), et il existe actuellement trois écoles que nous retrouvons assez couramment : les admirateurs de Fear Factory, ceux de Sybreed, ceux d’Illidiance, ou les trois. Seecrees fait partie de ces formations fanatiques des russes précédemment cités, et lorsque ce ne sont pas les suisses qui sont à l’honneur, c’est ce grand pays de l’Est. Ce quartet fondé à Taganrog officie donc dans un Cyber Metal très proche de leurs confrères, avec une petite touche death mélo par dessus. Mais il n’empêche que les ressemblances sont frappantes, l’alternance des vocaux en étant une, la façon d’agencer les éléments électroniques en étant une autre. Et ils ne sont pas russes pour rien. En matière d’électro/indus, ces derniers ont tendance à rendre leur compos, même metal, quelque peu « techno » ou typé discothèque, à l’instar de Xe-None entre autres.

Seecrees propulse donc sa musique dans le futur, futur dans lequel, une nouvelle fois, il faut s’attendre à voir émerger un nouveau monde et de nouvelles formes de vie…artificielles, l’homme ici étant, encore une fois, la proie de mécanisme de transformation, créant un double de lui dans un univers post apocalyptique, où une nouvelle genèse n’est que le point culminant.

Le concept tourne en rond, ainsi que l’album, doté de neuf titres. Le Cyber Death melo de Seecrees n’apporte rien de véritablement nouveau à la scène cyber, si ce n’est que prouver qu’elle est peut-être en train de régresser de ce côté là. Malgré l’introduction électronique, spatiale et planante, plutôt mécanique avec ce rythme entêtant, la suite de l’opus ne tient pas le fil et il s’avère que l’on se retrouve avec un mélange maladroit d’éléments. En fait, les instruments sont mal superposés, et le rendu est quelque peu étrange et décousu. « Two Sides  of Me » (que ce soit la version anglaise ou russe) est un bel exemple, notamment dès l’introduction. Heureusement la suite colle mieux, mais le surplus d’éléments électroniques et futuristes pourra en rebuter plus d’un. Les riffs death melo sont assez banales et peu exploités, malgré quelques légères prises de risque. Enfin l’alternance de chant est aussi assez maladroite, le growl étant acceptable mais le chant clair, proche de celui d’un Bill de Tokyo Hotel, peine à être attrayant ! A trop vouloir copier Illidiance, on tombe dans une pale copie, malgré cette volonté certaine de bien faire.

L’horreur continue avec un « Neuron » bourré aux hormones électroniques, techno dans l’âme et insupportable (claviers et techno beats en tête). Le côté cyber disparaît pour laisser place à un chant clair prédominant, niais, pour une approche davantage commercial. Si le cyber metal, méconnu, souffrait de son aspect underground, particulier et atypique, on pourrait presque affirmer que Seecrees tente de l’exporter jusqu’aux oreilles les plus sensibles. Dynamique, peut-être, mais trop techno et trop long.

Heureusement qu’un « Assassin » ou qu’un « Suicide Device » rattrapent le tout. Davantage froids, mécaniques et décharnés, plus centrés sur les riffs, malgré cette omniprésence de claviers et de samples, plus sombres et cybernétiques, mais toujours très proches d’Illidiance. Ces deux morceaux sont ceux qui se sont le plus assimilés au concept, avec ce growl rageur et ce côté métallique machinisé. Seul hic : le chant clair de nouveau, vraiment trop niais…

Étrange cependant qu’est le morceau « Genesis ». Il se démarque beaucoup de l’album en général, mieux dosé, bien cybernétique, plus mécanique dans son exécution, post apocalyptique, électronique sans trop en faire. Exit le chant clair niais, voici un mélange de growl et de chant « clair » inconnu, plus à la Illidiance étonnamment. Eh bien il s’agit d’un featuring avec ces derniers et on comprend donc mieux pourquoi ça devenait plus agréable et immersif.

Ne se le cachons pas, ce « Genesis » de Seecrees est un mauvais album de Cyber Metal. Auto produit, peut-être, mais pas convainquant et finalement peu innovant. Si vous voulez vous croire en techno party avec un semblant de death melo et cet enrobage cyber, vous pouvez sans hésiter vous lâcher sur cet opus. Par contre, l’amateur de Cyber metal digne de ce nom risque d’être déçu.

 

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

  • Index

  • Reviews

  • RSS Spirit Of Metal News

    • [Chronique d'album] Perdition Temple : Sacraments of Descension 10 août 2020
      Black Death-Etats-Unis, "Stormgods Unbound" […]
    • [news] Mygrain : Le retour ! 9 août 2020
      Les finlandais de MyGrain et leur Death Metal mélodique reviennent avec un nouvel album sobrement intitulé "V". Celui-ci sort via Reaper Entertainment Europe le 2 octobre 2020. Tracklist : 1. The Nightmare 2. Out... […]
    • [news] Benediction : Nouvel album 9 août 2020
      Le groupe de Death Metal anglais Benediction n'avait rien sorti depuis 2008 avec Killing Music. Ils sortiront leur nouvel album, intitulé Scriptures, le 16 octobre 2020 via Nuclear Blast. Tracklist : 1. Iterations Of I ... […]
    • [news] Svartalfar (AUT) : Titre en écoute 9 août 2020
      Le groupe de Black Metal autrichien dévoile un single autoproduit intitulé "Durch Trümmer toter Träume".      Source : https://www.facebook.com/thetrveSvartalfar/ […]
    • [news] Fumes Of Decay : Nouvel album 9 août 2020
      Les Hollandais de Fumes Of Decay ont sorti il y a quelques jours leur nouvel album "Ominous" chez Sevared Records. Celui-ci est composé de 10 titres : 1. Cannibalistic Gluttonous Torture 2. Fertilized with Carnal Remains […]