Me Against The World : I.D.S.TMalgré mon éclectisme important, je dois avouer que j’ai du mal avec beaucoup de nouveaux groupes de tous les styles qui arrivent sur le marché. C’est le cas, notamment, des groupes ricains de punk/rock metal et alternatifs. Mais, parfois, je ne sais pour quelle raison, la pilule passe mieux dans certains cas. C’est exactement celui de Me Agains The World, groupe britannique qui mélange diverses influences pour nous pondre un rock/metal hétérogène, que l’on peut aussi bien ranger du côté du stoner pour son côté lourd et graisseux, du metal aérien à la Linkin Park pour son côté “meteoraïen” et, évidemment, du punk/rock mélodique à la Sum41 ou Greenday, voire Offspring.

Ce mélange, qui semble, a priori, indigeste, ne l’est en fait pas du tout et on aime dès les premières notes de “Cannonade”, qui révéle déjà le talent des musiciens, surtout celui du batteur, qui nous fait un roulement de batterie assez technique! Ceci dit, la musique reste plutôt assez simple, même si, de-ci de-là, des breaks et des rythmiques bien senties nous amènent à penser le contraire. L’ambiance générale est très dynamique et l’énergie sort de tous les côtés, si bien que l’on n’a absolument pas le temps de s’ennuyer à l’écoute de ces 10 titres, à commencer par “Cannonade”, “More Associates Than Friends”, “WWJD” et “I Hope You Stick Around”.

Cependant, le reproche que l’on peut faire à ce quatuor, c’est de ne pas assez faire ressortir une patte personnelle qui est absente sur tout l’album. Ceci est un peu dommage, d’autant plus que, de nos jours, l’on juge plus les groupes sur l’originalité plus que sur le style ou le talent…

Mais, il serait injuste de ne pas parler de la véritable sincérité dans sa démarche et de sa musique de qualité, mise en valeur par une production volotairement sale, mais, néanmoins, puissante! Me Against The World est un jeune loup du rock/metal alternatif qui, sans doute, aura un public assez conséquent et varié dans les années à venir, ce qui lui permettra peut-être d’accéder à un niveau supérieur, si seulement ils mettaient entre parenthése leurs influences pour se concentrer principalement sur leur propre marque de fabrique que, j’en suis sûr, ils peuvent trouver s’ils se donnent un peu plus la peine de fouiller leur personnalité!

Me Against The World : I.D.S.TMalgré mon éclectisme important, je dois avouer que j’ai du mal avec beaucoup de nouveaux groupes de tous les styles qui arrivent sur le marché. C’est le cas, notamment, des groupes ricains de punk/rock metal et alternatifs. Mais, parfois, je ne sais pour quelle raison, la pilule passe mieux dans certains cas. C’est exactement celui de Me Agains The World, groupe britannique qui mélange diverses influences pour nous pondre un rock/metal hétérogène, que l’on peut aussi bien ranger du côté du stoner pour son côté lourd et graisseux, du metal aérien à la Linkin Park pour son côté “meteoraïen” et, évidemment, du punk/rock mélodique à la Sum41 ou Greenday, voire Offspring.

Ce mélange, qui semble, a priori, indigeste, ne l’est en fait pas du tout et on aime dès les premières notes de “Cannonade”, qui révéle déjà le talent des musiciens, surtout celui du batteur, qui nous fait un roulement de batterie assez technique! Ceci dit, la musique reste plutôt assez simple, même si, de-ci de-là, des breaks et des rythmiques bien senties nous amènent à penser le contraire. L’ambiance générale est très dynamique et l’énergie sort de tous les côtés, si bien que l’on n’a absolument pas le temps de s’ennuyer à l’écoute de ces 10 titres, à commencer par “Cannonade”, “More Associates Than Friends”, “WWJD” et “I Hope You Stick Around”.

Cependant, le reproche que l’on peut faire à ce quatuor, c’est de ne pas assez faire ressortir une patte personnelle qui est absente sur tout l’album. Ceci est un peu dommage, d’autant plus que, de nos jours, l’on juge plus les groupes sur l’originalité plus que sur le style ou le talent…

Mais, il serait injuste de ne pas parler de la véritable sincérité dans sa démarche et de sa musique de qualité, mise en valeur par une production volotairement sale, mais, néanmoins, puissante! Me Against The World est un jeune loup du rock/metal alternatif qui, sans doute, aura un public assez conséquent et varié dans les années à venir, ce qui lui permettra peut-être d’accéder à un niveau supérieur, si seulement ils mettaient entre parenthése leurs influences pour se concentrer principalement sur leur propre marque de fabrique que, j’en suis sûr, ils peuvent trouver s’ils se donnent un peu plus la peine de fouiller leur personnalité!

Midwinter (FRA) : The Glassy WatersL’Europe compte parmi ses rangs un nombre toujours de plus en plus croissant de groupes de heavy symphonique à chanteuse, les plus connus étant Nightwish, After Forever, Within Temptation, Edenbridge et Lunatica…Mais, la France n’est pas en reste, puisque nous avons, nous aussi, notre Edenbridge gaulois : Midwinter!

Le quintet vient de nous sortir un second album, bien plus abouti que le premier : les musiciens ont gagné en maîtrise et le son de l’album est très clair et puissant! Les compositions, elles aussi sont plus inspirées et les lignes de claviers sont bien plus subtiles que par le passé. Mylène chante beaucoup mieux qu’Astrid Delaunay et l’on remarque que tous les instruments se sont mis au service de la mélodie pour créer des refrains et des morceaux beaucoup plus accrocheurs! Des morceaux tels que “The Cripple”, “Illusion“, “The Silence Of Your Eyes” (et son duo voix masculine/voix féminine) ou “One In A Hole” sont là pour en témoigner, bien que toutes les chansons aussi intéressantes les unes que les autres!

La principale qualité de ce ‘The Glassy Waters‘, c’est l’unité des morceaux. Le petit défaut, c’est la voix qui n’est pas assez mise en avant ni assez poussée, il manque un peu de puissance! Mais, Mylène s’en tire super bien et on peut lui dire un grand bravo!! Un autre élément est ici plus présent : des rythmiques et des riffs thrash qui donnent plus de punch et de diversité à l’ensemble.

Midwinter, et je l’affirme, est un groupe qu’il faut soutenir, car nous tenons-là notre Nightwish français!

Gang : Dead Or AliveGang est un groupe français qui évolue dans une sphère heavy-thrash, entre Megadeth, époque ‘Rust In Peace’, Metallica, Venom (le début du troisième titre fait fortement penser au titre “Resurrection” du groupe de Black) et Iced Earth. En effet, on reconnaît la patte de Mustaine, qui est ici fortement prononcée. Dès le premier titre, “Dead Or Alive/Sleep In Armageddon“, cette impression devient réalité et l’on se dit que Gang gagnerait en qualité si, d’une part, le son était meilleur, et, d’autre part et surtout, s’il mettait plus en avant sa propre personnalité.

Outre ce petit couac, on ne s’ennuie pas du tout à l’écoute de ce petit chef-d’oeuvre, les composition étant toutes dynamiques et entraînantes, ce qui nous permet de nous défouler entièrement. On a parfois l’impression d’en être revenu à l’époque glorieuse du thrash made in Bay Area, puisque le son est tellement semblable à celui d’album tels que ‘Peace Sells’, ‘Rust In Peace’, ‘Master Of Puppets’ ou ‘Ride The Lightning‘. Dans le fond, ce n’est pas un défaut, mais, plutôt une qualité que bien des groupes en Europe n’ont pas, privilégiant toujours un son formaté à la Finnvox et avec Pro-Tools. Or, le propre d’un album de metal c’est d’avoir un son à la fois puissant et “sale”, comme celui présent sur ce très bon ‘Dead Or Alive‘ de Gang!

Les morceaux qui méritent toute votre attention sont les suivants : “Asleep In Armageddon“, “Ghetto” et son discours d’Hitler en intro, “Old Stoned Cross“, “Les Démons et Les Dieux”, “Stand And Fight“, “Evil Spell” et son son très moderne à la Pantera, “My Need To Scream” sur lequel la voix de Laurent Bocquet se rapproche étonnamment de celui de Dave Mustaine, et la reprise de Vulcain “Rock’n'Roll Secours”.

Autre élément à retenir, l’utilisation d’une batterie programmée, ce qui donne parfois un son très artificiel à l’ensemble. Ceci est d’autant plus dommage que les chansons auraient gagné en puissance et en musicalité si les musiciens, dont le talent n’est pas plus à prouver, avaient engagé un véritable batteur. Ce sera sens doute sur le prochain album!

Autrement, il s’agit d’un excellent album à mettre entre les mains des fans de thrash de la bay area, notamment ceux qui ont été déçu par Metallica et ceux qui attendent avec impatience le nouvel album du rouquin de Megadeth!

Kotipelto : SerenityLes dernières années ne furent pas de tout repos pour le blond vocaliste finlandais du groupe Stratovarius qui, depuis 2003, début de la crise entre les membres de Stratovarius, qui a pris forme avec deux albums très controversés (‘Elements Pt 1′ et ‘Elements Pt 2′), dont le premier est, paradoxalement, excellent, a vécu des moments difficiles, emplis de doutes et de questionnements. Cette période assez sombre a donné le jour en 2004 à un très bon album solo (son deuxième après ‘Waiting For The Dawn‘) qui porte le nom de ‘Coldness‘ et dont la pochette, majoritairement bleue nuit, reflète la tendance de Timo Kotipelto a broyer un peu du noir…

Depuis lors, de l’eau a coulé sous les ponts, Timo Tolkki s’est excusé auprès de tous les membres de Stratovarius d’avoir agi comme il l’a fait, et Timo Kotipelto a émergé des ténébres pour nous sortir un nouvel album, beaucoup plus lumineux et positif, comme en témoignent la pochette (une femme dans un paysage de désolation, qui se dirige tout droit vers la Lumière) et le titre de ‘Serenity‘.

Musicalement, rien n’a vraiment changé : Timo K. évolue toujours dans un registre heavy speed melodique d’excellente facture, impregné, cette fois-ci, de riffs plus heavy metal que par le passé, ce qui donne l’impression d’une énergie retrouvée. Les refrains sont plus joyeux et plus entraînants, un peu comme ceux de chez Strato, mais, bien meilleurs! Ils se retiennent dès la première écoute et ne vous lâchent plus du tout.

On retrouve sur ‘Serenity‘ aussi bien des morceaux speed (“Once Upon A Time”, “King Anti-Midas”, “Angels Will Cry”), que des mid-tempos super-puissants (le premier single “Sleep Well“, le titre éponyme “Serenity“, “City Of Mysteries”, “Mr Know-it-All”, “Dreams And Reality”), qu’une splendide ballade (“After The Rain“) ou un magnifique morceau épique (“The Last Defender”) de plus de 8 minutes!! A l’écoute de ‘Serenity‘, tout le monde va trouver une raison d’aimer cet album génial et metal en diable, soutenu par des musiciens plus talentueux les uns que les autres et menés d’une main de maître par Timo..

Bien que celui-ci soit éclairé par la Lumière, certains passages semblent cependant encore un peu sombres, ce qui donne cette impression d’atmosphère duale, entre la sérénité et l’inquiétude, entre lesquelles le vocaliste semble encore un peu tiraillé…Les textes sont là pour preuve, ils ne semblent pas encore aussi positifs que la musique (“There’s no hope, I feel so cold/All is lost, I’ve been told/We shall fight till we die/But tonight, I won’t cry/Last defender” dans ‘Last Defender’ ou “Angels will cry/And the moon will disappear/The sun slowly dies/We’ll be fading into the dark so I fear” dans ‘Angels Will Cry’)!

Serenity‘, plus que jamais, est un exutoire pour Timo Kotipelto, qui s’exprime directement, sans aucun détour, sur ses craintes, ses sentiments et sa vision mitigée du monde actuel. Mais, il y a cette pochette et ces atmosphères aux claviers, savemment distillées par Janne Wirman (Kotipelto, Children Of Bodom, Warmen), qui apportent une touche d’espoir et de lumière à l’ensemble!

Timo Kotipelto a réussi à exorciser le passé pour nous offrir un album d’une clarté magique et inspiré qui ne peut laisser personne insensible. Il a un don pour faire vibrer les fans et autres mélomanes au rythme de ses compositions et l’on peut sans crainte affirmer que ce ‘Serenity‘ aurait sans honte pu figurer dans la discographie de Stratovarius, tellement il y a d’idées novatrices et de puissance! Un essai a été transformé prodigieusement! Bravo à Timo Kotipelto pour ce chef-d’oeuvre!

Gang : Dead Or Alive

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Gang : Dead Or AliveGang est un groupe français qui évolue dans une sphère heavy-thrash, entre Megadeth, époque ‘Rust In Peace’, Metallica, Venom (le début du troisième titre fait fortement penser au titre “Resurrection” du groupe de Black) et Iced Earth. En effet, on reconnaît la patte de Mustaine, qui est ici fortement prononcée. Dès le premier titre, “Dead Or Alive/Sleep In Armageddon“, cette impression devient réalité et l’on se dit que Gang gagnerait en qualité si, d’une part, le son était meilleur, et, d’autre part et surtout, s’il mettait plus en avant sa propre personnalité.

Outre ce petit couac, on ne s’ennuie pas du tout à l’écoute de ce petit chef-d’oeuvre, les composition étant toutes dynamiques et entraînantes, ce qui nous permet de nous défouler entièrement. On a parfois l’impression d’en être revenu à l’époque glorieuse du thrash made in Bay Area, puisque le son est tellement semblable à celui d’album tels que ‘Peace Sells’, ‘Rust In Peace’, ‘Master Of Puppets’ ou ‘Ride The Lightning‘. Dans le fond, ce n’est pas un défaut, mais, plutôt une qualité que bien des groupes en Europe n’ont pas, privilégiant toujours un son formaté à la Finnvox et avec Pro-Tools. Or, le propre d’un album de metal c’est d’avoir un son à la fois puissant et “sale”, comme celui présent sur ce très bon ‘Dead Or Alive‘ de Gang!

Les morceaux qui méritent toute votre attention sont les suivants : “Asleep In Armageddon“, “Ghetto” et son discours d’Hitler en intro, “Old Stoned Cross“, “Les Démons et Les Dieux”, “Stand And Fight“, “Evil Spell” et son son très moderne à la Pantera, “My Need To Scream” sur lequel la voix de Laurent Bocquet se rapproche étonnamment de celui de Dave Mustaine, et la reprise de Vulcain “Rock’n'Roll Secours”.

Autre élément à retenir, l’utilisation d’une batterie programmée, ce qui donne parfois un son très artificiel à l’ensemble. Ceci est d’autant plus dommage que les chansons auraient gagné en puissance et en musicalité si les musiciens, dont le talent n’est pas plus à prouver, avaient engagé un véritable batteur. Ce sera sens doute sur le prochain album!

Autrement, il s’agit d’un excellent album à mettre entre les mains des fans de thrash de la bay area, notamment ceux qui ont été déçu par Metallica et ceux qui attendent avec impatience le nouvel album du rouquin de Megadeth!

The Glassy WatersL’Europe compte parmi ses rangs un nombre toujours de plus en plus croissant de groupes de heavy symphonique à chanteuse, les plus connus étant Nightwish, After Forever, Within Temptation, Edenbridge et Lunatica…Mais, la France n’est pas en reste, puisque nous avons, nous aussi, notre Edenbridge gaulois : Midwinter!

Le quintet vient de nous sortir un second album, bien plus abouti que le premier : les musiciens ont gagné en maîtrise et le son de l’album est très clair et puissant! Les compositions, elles aussi sont plus inspirées et les lignes de claviers sont bien plus subtiles que par le passé. Mylène chante beaucoup mieux qu’Astrid Delaunay et l’on remarque que tous les instruments se sont mis au service de la mélodie pour créer des refrains et des morceaux beaucoup plus accrocheurs! Des morceaux tels que “The Cripple”, “Illusion”, “The Silence Of Your Eyes” (et son duo voix masculine/voix féminine) ou “One In A Hole” sont là pour en témoigner, bien que toutes les chansons aussi intéressantes les unes que les autres!

La principale qualité de ce ‘The Glassy Waters‘, c’est l’unité des morceaux. Le petit défaut, c’est la voix qui n’est pas assez mise en avant ni assez poussée, il manque un peu de puissance! Mais, Mylène s’en tire super bien et on peut lui dire un grand bravo!! Un autre élément est ici plus présent : des rythmiques et des riffs thrash qui donnent plus de punch et de diversité à l’ensemble.

Midwinter, et je l’affirme, est un groupe qu’il faut soutenir, car nous tenons-là notre Nightwish français!

U.D.O : Mastercutor

Category: Uncategorized | Leave a Comment

U.D.O : MastercutorDepuis quelques mois, c’est à dire depuis la sortie du dernier album de Maiden, les amateurs de heavy metal classique n’ont pas eu grand chose à se mettre sous la dent. Aujourd’hui, leur patience va être récompensée! Car le ‘Mastercutor‘, le nouvel opus de U.D.O., le groupe de Udo Dirkschneider, est là pour tout fracasser sur son passage!

Ne vous attendez pas à de grands changements, il n’y en a pas! U.D.O. fait du U.D.O., point barre! Et c’est une bonne raison pour vous procurer cet album dès qu’il sortira! Le heavy metal de l’ex-Accept ne contient que d’excellentes compositions qui vous rajeuniront à coup sûr! Dès le premier titre, “Mastercutor“, après une petite intro amusante, mais, également, très flippante, car on ne sait pas si l’album est dans la même veine musicale que les précédents albums, nous voilà abreuvés par une bonne dose de guitares enragées (“The Instigator”), de refrains mémorisables (“The Wrong Side of Midnight“), de rythmiques à la limite du thrash à l’allemande (“Master Of Disaster“)!! Pas une ombre de faiblesse. Au contraire, tout n’est que puissance, ce qui est la force du petit chanteur blond. Ce qui ne veut pas dire qu’Udo n’est pas sensible! Au contraire, il nous offre aussi des moments plus paisibles, plus romantiques, avec les ballades “One Lone Voice” et “Tears Of A Clown“, ce qui nous permet de reposer nos oreilles, avant de revenir à une musique plus couillue (“We Do – For You”, “Walker In The Dark”, “Vendetta“, “The Devil Walks Alone”, “Dead Man’s Eyes”) ou plus rock’n'roll (“Crash Bang Crash“).

Ceux qui sont fans de ‘Holy Diver’, ‘Powerslave’ ou ‘Painkiller’, ceux-là même vont être aux anges et headbanguer comme des dingues sur ‘Mastercutor‘, l’album heavy de ce premier semestre 2007! Un seul mot pour désigner cet album : excitant!!

Shakra : InfectedDepuis quelques temps, le petits suisses semblent se bonifier. Entre le hard rock et la musique un peu plus extrême, nous avons un panel remarquable de qualité! Et ‘Infected‘, le nouvel album de Shakra est une excellente preuve que les helvètes savent faire autre chose que du fromage, du chocolat et des montres.

En effet, le groupe s’est donné à 200% pour nous pondre un album de cet envergure. Plus mature, plus dynamique et plus racé que ‘Fall‘, ‘Infected‘ respire la fraîcheur et le progrés. Tout son contenu indique que le groupe a subi, pour le meilleur, un tsunami d’inspiration qui leur a donné plus que jamais auparavant de merveilleuses idées. Ils ont réétudié en profondeur leur musique pour la magnifier et lui donner une touche plus personnelle que par le passé. Désormais, Shakra sonne tantôt plus heavy (“The One”, “Make Your Day”, “Inferno“), tantôt plus rock (“The Conquest”, “Cardiophobia”, “The Other Side” et son côté très AC/DC sur certains passages, notamment le riff d’intro) tantôt plus doux (“Dancing With Fire”, la ballade “Love Will Find A Way”, “Look At Me”, “Higher Love”, la semi-acoustique “The Acheron’s Way”) et le groupe semble moins éparpillé, plus soudé. Le chant de Mark Fox est plus puissant et l’énergie dégagée par le jeu des guitaristes, mais aussi par le bassiste et le batteur, est prodigieuse! Les refrains sont splendides et démontrent tout le potentiel de Shakra! La production, elle aussi, est mise en valeur ici, de par sa clarté et sa force!

Shakra, avec ‘Infected‘, a joué cartes sur table. Cette attitude est louable, d’autant plus qu’ils ont véritablement un rôle important à jouer sur la scène hard européenne, si ce n’est sur la scène mondiale, et qu’ils exhibent aujourd’hui, avec fierté, leur nouveau chef d’oeuvre! Il s’agit là d’un bien beau cadeau de la part de nos Suisses favoris!

UDO : MastercutorDepuis quelques mois, c’est à dire depuis la sortie du dernier album de Maiden, les amateurs de heavy metal classique n’ont pas eu grand chose à se mettre sous la dent. Aujourd’hui, leur patience va être récompensée! Car le ‘Mastercutor‘, le nouvel opus de U.D.O., le groupe de Udo Dirkschneider, est là pour tout fracasser sur son passage!

Ne vous attendez pas à de grands changements, il n’y en a pas! U.D.O. fait du U.D.O., point barre! Et c’est une bonne raison pour vous procurer cet album dès qu’il sortira! Le heavy metal de l’ex-Accept ne contient que d’excellentes compositions qui vous rajeuniront à coup sûr! Dès le premier titre, “Mastercutor“, après une petite intro amusante, mais, également, très flippante, car on ne sait pas si l’album est dans la même veine musicale que les précédents albums, nous voilà abreuvés par une bonne dose de guitares enragées (“The Instigator”), de refrains mémorisables (“The Wrong Side of Midnight“), de rythmiques à la limite du thrash à l’allemande (“Master Of Disaster“)!! Pas une ombre de faiblesse. Au contraire, tout n’est que puissance, ce qui est la force du petit chanteur blond. Ce qui ne veut pas dire qu’Udo n’est pas sensible! Au contraire, il nous offre aussi des moments plus paisibles, plus romantiques, avec les ballades “One Lone Voice” et “Tears Of A Clown“, ce qui nous permet de reposer nos oreilles, avant de revenir à une musique plus couillue (“We Do – For You”, “Walker In The Dark”, “Vendetta“, “The Devil Walks Alone”, “Dead Man’s Eyes”) ou plus rock’n'roll (“Crash Bang Crash“).

Ceux qui sont fans de ‘Holy Diver’, ‘Powerslave’ ou ‘Painkiller’, ceux-là même vont être aux anges et headbanguer comme des dingues sur ‘Mastercutor‘, l’album heavy de ce premier semestre 2007! Un seul mot pour désigner cet album : excitant!!

keep looking »
  • Calendar

    April 2007
    M T W T F S S
    « Mar   May »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30