Elis : GriefshireIl était une fois, une jeune et belle chanteuse du nom de Sabine Dünser. Celle-ci était si talentueuse, qu’en plus d’avoir une magnifique voix, si cristalline, si céleste, elle avait un talent d’écriture. C’est ainsi qu’elle rédigea une histoire sombre et pourtant si vraie, celle d’un petit village où règne l’amertume et les ténèbres. Elle y donna toute son âme et tout son coeur dans la rédaction de ce conte, si bien qu’elle le proposa aux autres membres de son groupe qui l’aidèrent dans sa tâche, en s’occupant de la musique. Après quelques semaines de travail acharné, ‘Griefshire‘ était né. Et le groupe tout entier partit sur les routes pour quelques dates, avant d’entamer une tournée européenne, prévue depuis longtemps. Malheureusement, telle la flamme d’une bougie, Sabine s’éteignit à jamais, laissant les quatre hommes dans le plus complet désarroi et la tristesse. Après quelques temps d’hésitation et d’interrogations, le quatuor, pour rendre hommage à sa jeune vocaliste tragiquement disparue, décida de continuer le chemin en sortant l’oeuvre de la flamboyante demoiselle et en tournant le plus possible pour la montrer fièrement à tous les fans les plus dévoués. Mais, pour défendre cette talentueuse galette, Tom et ses collègues engagèrent une nouvelle chanteuse en la personne de Sandra Schleret, qui avait déjà fait ses armes aux côtés de Soulslide, Eyes Of Eden, Siegfried et Dreams Of Sanity. Ils savaient qu’elle était la remplaçante idéale pour interpréter avec brio les chansons sur lesquelles Sabine se donnait à 100%. Aujourd’hui, de nombreux concerts sont planifiés dans toute l’Europe et un futur à nouveau très radieux se présente à notre quintuor, qui mérite d’être reconnu définitivement!

Griefshire‘ est un album dont le concept est assez complexe, mais, expliqué en détail dans les textes des chansons. Racontant la vie du père du narrateur et de sa petite commune natale, nous avons énormément de mal à accrocher, dans un premier temps, à cet album. Mais, au fil et à mesure des écoutes, la pilule passe beaucoup mieux et l’on se surprend à adorer cet album, à mettre au même niveau de qualité que le dernier Nightwish ou que ‘Mother Earth‘ de Within Temptation! Les chansons sont, dans l’ensemble, bien plus heavy que d’habitude, bien que nous aurions aimé qu’il y ait plus de “gnaque” encore, afin de nous donner entière satisfaction…Ceci dit, l’ensemble reste plus que correct et nous pouvons sans conteste dire qu’il s’agit-là d’un album qui plaira énormément aux afficionados du metal féminin, de par son côté gothique prononcé (“Show Me The Way“, “Seit Dem Anbeginn Der Zeit”, “Remember The Promise”), mais, également, aux fans de heavy les plus exigeants (“Heaven & Hell“), ainsi qu’aux plus tendres d’entre vous (“Forgotten Love”, “Brothers”, “Innocent Hearts”). A noter l’excellente performance de Sabine sur la reprise de Dio, “Heaven & Hell“, ainsi que la magnifique ballade qu’elle a écrite (musique comprise) et qui nous a fait verser des larmes, “Forgotten Love”…

Ainsi, cet hommage posthume à Sabine nous a vraiment plu et nous a tellement ému que nous avons voulu à notre tour lui rendre un ultime remerciement avec cette chronique. Jamais nous n’oublierons celle qui fût l’une des plus grandes chanteuses de metal de tous les temps! Merci beaucoup à toi, Sabine, de nous avoir tant fait frissonner avec ta voix à travers ces 6 années et avec 3 magnifiques albums! Repose en paix.

Elis : Griefshire

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Elis : GriefshireIl était une fois, une jeune et belle chanteuse du nom de Sabine Dünser. Celle-ci était si talentueuse, qu’en plus d’avoir une magnifique voix, si cristalline, si céleste, elle avait un talent d’écriture. C’est ainsi qu’elle rédigea une histoire sombre et pourtant si vraie, celle d’un petit village où règne l’amertume et les ténèbres. Elle y donna toute son âme et tout son coeur dans la rédaction de ce conte, si bien qu’elle le proposa aux autres membres de son groupe qui l’aidèrent dans sa tâche, en s’occupant de la musique. Après quelques semaines de travail acharné, ‘Griefshire‘ était né. Et le groupe tout entier partit sur les routes pour quelques dates, avant d’entamer une tournée européenne, prévue depuis longtemps. Malheureusement, telle la flamme d’une bougie, Sabine s’éteignit à jamais, laissant les quatre hommes dans le plus complet désarroi et la tristesse. Après quelques temps d’hésitation et d’interrogations, le quatuor, pour rendre hommage à sa jeune vocaliste tragiquement disparue, décida de continuer le chemin en sortant l’oeuvre de la flamboyante demoiselle et en tournant le plus possible pour la montrer fièrement à tous les fans les plus dévoués. Mais, pour défendre cette talentueuse galette, Tom et ses collègues engagèrent une nouvelle chanteuse en la personne de Sandra Schleret, qui avait déjà fait ses armes aux côtés de Soulslide, Eyes Of Eden, Siegfried et Dreams Of Sanity. Ils savaient qu’elle était la remplaçante idéale pour interpréter avec brio les chansons sur lesquelles Sabine se donnait à 100%. Aujourd’hui, de nombreux concerts sont planifiés dans toute l’Europe et un futur à nouveau très radieux se présente à notre quintuor, qui mérite d’être reconnu définitivement!

Griefshire‘ est un album dont le concept est assez complexe, mais, expliqué en détail dans les textes des chansons. Racontant la vie du père du narrateur et de sa petite commune natale, nous avons énormément de mal à accrocher, dans un premier temps, à cet album. Mais, au fil et à mesure des écoutes, la pilule passe beaucoup mieux et l’on se surprend à adorer cet album, à mettre au même niveau de qualité que le dernier Nightwish ou que ‘Mother Earth‘ de Within Temptation! Les chansons sont, dans l’ensemble, bien plus heavy que d’habitude, bien que nous aurions aimé qu’il y ait plus de “gnaque” encore, afin de nous donner entière satisfaction…Ceci dit, l’ensemble reste plus que correct et nous pouvons sans conteste dire qu’il s’agit-là d’un album qui plaira énormément aux afficionados du metal féminin, de par son côté gothique prononcé (“Show Me The Way“, “Seit Dem Anbeginn Der Zeit”, “Remember The Promise”), mais, également, aux fans de heavy les plus exigeants (“Heaven & Hell“), ainsi qu’aux plus tendres d’entre vous (“Forgotten Love”, “Brothers”, “Innocent Hearts”). A noter l’excellente performance de Sabine sur la reprise de Dio, “Heaven & Hell“, ainsi que la magnifique ballade qu’elle a écrite (musique comprise) et qui nous a fait verser des larmes, “Forgotten Love”…

Ainsi, cet hommage posthume à Sabine nous a vraiment plu et nous a tellement ému que nous avons voulu à notre tour lui rendre un ultime remerciement avec cette chronique. Jamais nous n’oublierons celle qui fût l’une des plus grandes chanteuses de metal de tous les temps! Merci beaucoup à toi, Sabine, de nous avoir tant fait frissonner avec ta voix à travers ces 6 années et avec 3 magnifiques albums! Repose en paix.

Elis : Griefshire

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Elis : GriefshireIl était une fois, une jeune et belle chanteuse du nom de Sabine Dünser. Celle-ci était si talentueuse, qu’en plus d’avoir une magnifique voix, si cristalline, si céleste, elle avait un talent d’écriture. C’est ainsi qu’elle rédigea une histoire sombre et pourtant si vraie, celle d’un petit village où règne l’amertume et les ténèbres. Elle y donna toute son âme et tout son coeur dans la rédaction de ce conte, si bien qu’elle le proposa aux autres membres de son groupe qui l’aidèrent dans sa tâche, en s’occupant de la musique. Après quelques semaines de travail acharné, ‘Griefshire‘ était né. Et le groupe tout entier partit sur les routes pour quelques dates, avant d’entamer une tournée européenne, prévue depuis longtemps. Malheureusement, telle la flamme d’une bougie, Sabine s’éteignit à jamais, laissant les quatre hommes dans le plus complet désarroi et la tristesse. Après quelques temps d’hésitation et d’interrogations, le quatuor, pour rendre hommage à sa jeune vocaliste tragiquement disparue, décida de continuer le chemin en sortant l’oeuvre de la flamboyante demoiselle et en tournant le plus possible pour la montrer fièrement à tous les fans les plus dévoués. Mais, pour défendre cette talentueuse galette, Tom et ses collègues engagèrent une nouvelle chanteuse en la personne de Sandra Schleret, qui avait déjà fait ses armes aux côtés de Soulslide, Eyes Of Eden, Siegfried et Dreams Of Sanity. Ils savaient qu’elle était la remplaçante idéale pour interpréter avec brio les chansons sur lesquelles Sabine se donnait à 100%. Aujourd’hui, de nombreux concerts sont planifiés dans toute l’Europe et un futur à nouveau très radieux se présente à notre quintuor, qui mérite d’être reconnu définitivement!

Griefshire‘ est un album dont le concept est assez complexe, mais, expliqué en détail dans les textes des chansons. Racontant la vie du père du narrateur et de sa petite commune natale, nous avons énormément de mal à accrocher, dans un premier temps, à cet album. Mais, au fil et à mesure des écoutes, la pilule passe beaucoup mieux et l’on se surprend à adorer cet album, à mettre au même niveau de qualité que le dernier Nightwish ou que ‘Mother Earth‘ de Within Temptation! Les chansons sont, dans l’ensemble, bien plus heavy que d’habitude, bien que nous aurions aimé qu’il y ait plus de “gnaque” encore, afin de nous donner entière satisfaction…Ceci dit, l’ensemble reste plus que correct et nous pouvons sans conteste dire qu’il s’agit-là d’un album qui plaira énormément aux afficionados du metal féminin, de par son côté gothique prononcé (“Show Me The Way“, “Seit Dem Anbeginn Der Zeit”, “Remember The Promise”), mais, également, aux fans de heavy les plus exigeants (“Heaven & Hell“), ainsi qu’aux plus tendres d’entre vous (“Forgotten Love”, “Brothers”, “Innocent Hearts”). A noter l’excellente performance de Sabine sur la reprise de Dio, “Heaven & Hell“, ainsi que la magnifique ballade qu’elle a écrite (musique comprise) et qui nous a fait verser des larmes, “Forgotten Love”…

Ainsi, cet hommage posthume à Sabine nous a vraiment plu et nous a tellement ému que nous avons voulu à notre tour lui rendre un ultime remerciement avec cette chronique. Jamais nous n’oublierons celle qui fût l’une des plus grandes chanteuses de metal de tous les temps! Merci beaucoup à toi, Sabine, de nous avoir tant fait frissonner avec ta voix à travers ces 6 années et avec 3 magnifiques albums! Repose en paix.

Elis : Griefshire

Category: Uncategorized | Leave a Comment

Elis : GriefshireIl était une fois, une jeune et belle chanteuse du nom de Sabine Dünser. Celle-ci était si talentueuse, qu’en plus d’avoir une magnifique voix, si cristalline, si céleste, elle avait un talent d’écriture. C’est ainsi qu’elle rédigea une histoire sombre et pourtant si vraie, celle d’un petit village où règne l’amertume et les ténèbres. Elle y donna toute son âme et tout son coeur dans la rédaction de ce conte, si bien qu’elle le proposa aux autres membres de son groupe qui l’aidèrent dans sa tâche, en s’occupant de la musique. Après quelques semaines de travail acharné, ‘Griefshire‘ était né. Et le groupe tout entier partit sur les routes pour quelques dates, avant d’entamer une tournée européenne, prévue depuis longtemps. Malheureusement, telle la flamme d’une bougie, Sabine s’éteignit à jamais, laissant les quatre hommes dans le plus complet désarroi et la tristesse. Après quelques temps d’hésitation et d’interrogations, le quatuor, pour rendre hommage à sa jeune vocaliste tragiquement disparue, décida de continuer le chemin en sortant l’oeuvre de la flamboyante demoiselle et en tournant le plus possible pour la montrer fièrement à tous les fans les plus dévoués. Mais, pour défendre cette talentueuse galette, Tom et ses collègues engagèrent une nouvelle chanteuse en la personne de Sandra Schleret, qui avait déjà fait ses armes aux côtés de Soulslide, Eyes Of Eden, Siegfried et Dreams Of Sanity. Ils savaient qu’elle était la remplaçante idéale pour interpréter avec brio les chansons sur lesquelles Sabine se donnait à 100%. Aujourd’hui, de nombreux concerts sont planifiés dans toute l’Europe et un futur à nouveau très radieux se présente à notre quintuor, qui mérite d’être reconnu définitivement!

Griefshire‘ est un album dont le concept est assez complexe, mais, expliqué en détail dans les textes des chansons. Racontant la vie du père du narrateur et de sa petite commune natale, nous avons énormément de mal à accrocher, dans un premier temps, à cet album. Mais, au fil et à mesure des écoutes, la pilule passe beaucoup mieux et l’on se surprend à adorer cet album, à mettre au même niveau de qualité que le dernier Nightwish ou que ‘Mother Earth‘ de Within Temptation! Les chansons sont, dans l’ensemble, bien plus heavy que d’habitude, bien que nous aurions aimé qu’il y ait plus de “gnaque” encore, afin de nous donner entière satisfaction…Ceci dit, l’ensemble reste plus que correct et nous pouvons sans conteste dire qu’il s’agit-là d’un album qui plaira énormément aux afficionados du metal féminin, de par son côté gothique prononcé (“Show Me The Way“, “Seit Dem Anbeginn Der Zeit”, “Remember The Promise”), mais, également, aux fans de heavy les plus exigeants (“Heaven & Hell“), ainsi qu’aux plus tendres d’entre vous (“Forgotten Love”, “Brothers”, “Innocent Hearts”). A noter l’excellente performance de Sabine sur la reprise de Dio, “Heaven & Hell“, ainsi que la magnifique ballade qu’elle a écrite (musique comprise) et qui nous a fait verser des larmes, “Forgotten Love”…

Ainsi, cet hommage posthume à Sabine nous a vraiment plu et nous a tellement ému que nous avons voulu à notre tour lui rendre un ultime remerciement avec cette chronique. Jamais nous n’oublierons celle qui fût l’une des plus grandes chanteuses de metal de tous les temps! Merci beaucoup à toi, Sabine, de nous avoir tant fait frissonner avec ta voix à travers ces 6 années et avec 3 magnifiques albums! Repose en paix.

Slavior : SlaviorVoici un nouveau groupe qui ne laissera personne indifférent! En effet, après une écoute attentive, on remarque que le trio ricain, composé, entre autres, de l’ancien batteur de Fates Warning, l’excellent Mark Zonder, qui, ici, nous démontre tout son énorme talent de rythmicien, puisqu’il change souvent de rythmique, ce qui contribue grandement à la vaste diversité de la musique de Slavior, nom qui est né d’une chanson intitulée pareillement et du même groupe. C’est lui qui fait les 3/4 du boulot, le reste est assuré par le chanteur Gregg Analla, qui a une voix chaméléon, ayant parfois des intonations proches de celles de Steven Tyler (“Swept Away”), ce qui donne une touche très personnelle à l’ensemble, et par le guitariste Wayne Findley, qui participe énormément à la cohésion du tout, avec ses riffs et solos tranchants et plaisants.

La musique du trio est exceptionnellement séduisante et cette variété en est le principal attrait! Outre cet élément prépondérant, la qualité intrinséque des morceaux est également utile de noter, car nous avons assurément à faire à de très bons compositeurs, qui savent comment rendre une chanson excitante et très entraînante de la première note à la dernière! Ce ‘Slavior‘ est un véritable hymne à l’ouverture d’esprit et au groove (“Another Planet” funky, “Dove” et son passage reggae), une très bonne idée qui rendra, ceux qui écouteront cette rondelle, éclectiques!

Entre les passages terriblement métal (“Origin“, “Shatter”, dont l’intro rappelle énormément celle du “The Prisoner” de la Vierge de Fer, “Swept Away” plus atmosphérique, l’éponyme “Slavior” très néo-prog’, et “Red Road” et ses loops électroniques de batterie au tout début) et ceux plus “world” (“Dove” ou “Another Planet”), voire plus rock (“Give It Up” ou “Altar”), nous avons le choix et nous nous abreuvons de différentes influences.

Sans nul doute, Slavior a de très grandes chances de devenir la nouvelle sensation métal de ces 10 dernières années et de conquérir une fan-base prog’ assez conséquente! Une belle claque en ce début d’année!

Symphony X : Paradise LostAprès un ‘The Odyssey‘, qui en avait surpris plus d’un par une très très grande qualité musicale, technique et son interprétation magistrale par le quintet américain, Symphony X nous revient avec un nouveau chef-d’oeuvre, cependant moins synthétique et beaucoup plus agressif, notamment à travers des rythmiques thrash et un chant étonnament brutal pour Russell Allen (“Set The World On Fire”, “Domination”, “The Serpent’s Kiss“, “Seven”), qui s’en sort merveilleusement bien, bien qu’il sache aussi être plus doux et plus romantique (la ballade “Paradise Lost“, “Sacrifice“)! Un grand bravo à lui, ainsi qu’à ses compères, qui nous ont pondu avec ‘Paradise Lost‘, une oeuvre géniale, bien meilleure que le dernier album de leurs compatriotes de Dream Theater.

Outre cette voix si spéciale de Mister Allen, nous devons nous attarder sur les autres aspects importants de ce 7éme opus du groupe à Michael Romeo, à savoir les orchestrations subtiles sur la plupart des morceaux, ce qui leur donne plus de grandiloquence et un côté tragédie grecque, ce qui est plutôt plaisant, et les claviers toujours aussi présents dans la musique de Symphony X, distillant des atmosphères toujours bien senties, par-ci et par-là. Ce qui procure un brin de légéreté à l’ensemble pour aérer une musique qui pourrait donner parfois une impression de débit très compact et assez indigeste, ce qui n’est pas du tout le cas ici!

De plus, autre élément essentiel de ‘Paradise Lost‘, les textes des chansons sont très liés entre eux, puisque faisant référence au “paradis perdu” des êtres humains, par leur faute. C’est une forte référence à la chute de l’empire Atlante, mais, ce n’est véritablement pas le cas ici, quoique…les paroles décrivent surtout certains textes de la Bible (“Eve Of Seduction”, “The Serpent’s Kiss“, “The Walls Of Babylon”), ce qui est logique étant donné la pochette et le titre du nouvel album.

Quoi qu’on en dise, Symphony X est et restera le groupe le plus progressiste, le plus inventif et le plus intellectuel de la scéne prog’, mais, également le plus talentueux, car il sait créer de véritables moments épiques et si intenses, qu’aucun autre groupe ne pourra jamais l’égaler sur ce terrain. Symphony X vient de larguer une nouvelle bombe dans l’Océan Metal et va provoquer, sans aucun doute, un important raz-de-marée, qui va balayer toute la sphère des métalleux et leur prouver que le prog’ sait, comme les autres styles, bien botter les derrières! Ca faisait longtemps que nous n’avons pas ressenti pareilles sensations et ça fait du bien!

Un must du genre!!!!

  • Calendar

    May 2007
    M T W T F S S
    « Apr   Jun »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031