mai 9th, 2012

Se créer un groupe de rock aujourd’hui est d’une facilité déconcertante. Facebook, MySpace, YouTube et plus récemment ReverbNation, Soundcloud ou BandCamp permettent, chacun à leurs manières, de se rapprocher un peu plus de la lumière. Internet offre aujourd’hui aux artistes une plus grande visibilité, mais l’auditeur, lui, peut se sentir perdu dans ce capharnaüm impitoyable de dizaines, de centaines de groupes de tout horizon.

Les petits nouveaux qui nous intéressent aujourd’hui proviennent d’Etampes, dans l’Essonne. Enfin « petit nouveau »… Hazelight se bâtit en 2010. Quatre personnes autour d’un même projet : atteindre les sommets. Pour un premier jet, « The Twilight Zone » s’accompagne d’une jolie petite pochette, sobre et simple, certes, mais efficace. On pourrait presque chipoter sur le titre du disque qui semble être vulgairement collé en bas mais bon, ne chipotons pas. Hazelight fait du rock à chant féminin, agréable et très bien produit.

« Stronger » introduit l’album. Et ça commence tranquillement, la basse pousse les notes qu’il faut, la guitare se fait doucement frôler et tout accélère subitement. Les riffs sont simples mais efficaces, bien que déjà entendus. Le chant de Jess est puissant, agréable mais… Les parties les plus énervées du titre (surtout vers les deux tiers quand l’ensemble se voudra plus puissant encore) rappelleront vraiment la pêche de la jeune Izia. Un titre donc agréable, mais qui manque un peu de personnalité. Même constat pour « Not a Slave » qui, bien que très rythmée et agréable, souffrira encore de la comparaison avec Izia. Toutefois, le titre proposera de petites touches très agréables, comme cette coupure un peu plus planante après le second refrain et les chœurs présents sur les refrains, qui apporteront une touche plus profonde et un impact forcément différemment. La puissance du final et ses guitares saturées ainsi que sa batterie puissamment frappée apporteront des touches également très appréciables. « Bewitched » est un titre particulièrement spécial, les riffs sont puissants et bien polis comme il faut, une touche presque Heavy Rock d’ailleurs, voire même un peu sudiste sur le fond. On regrettera par contre le manque de puissance de la voix à bien trop de moments. Le break du milieu qui fait ressortir intelligemment la basse est, lui, vraiment très bien placé, tout comme les mini-soli presque Hard Rock. On apprécie également quand Jess monte sa voix. Beaucoup plus puissante, celle-ci distille un groove épatant.

« Homeless » montre un autre visage du groupe, uniquement à la guitare sèche et bien accompagné par un duo batterie-basse d’une belle entente et bien profond. Néanmoins, la voix de Jessy tape un peu sur les nerfs quand celle-ci monte dans certaines hauteurs, ce qui tranche un peu trop nettement avec le « calme » de ce morceau. Parti pris pour certains, d’autres apprécieront. Quand elle chante plus calmement, le tout demeure plus agréable. Et puis sur la fin, elle étoffe sa voix de sonorités un peu plus dures, plus rock dans l’esprit et ça demeure ici par contre très agréable.

Pour un premier jet, on peut apprécier le professionnalisme dont fait preuve le quatuor. Le son est propre, les compos sont bien droites, ne laissant que peu de place à de l’expérimentation. Et puis comme tout premier jet dans le milieu immense qu’est le rock, on peut évoquer le même défaut : l’originalité. Une touche Izia semble ressortir très (trop) souvent. De plus, Jessy en fait trop à de nombreux moments… La chanteuse possède un timbre puissant avec une pointe mélodique très agréable, mais elle semble un peu trop tirer sur la corde pour imposer une rythmique plus forte à l’ensemble. Des petits défauts qui sont loin d’être insurmontables. De plus, l’épreuve de la scène que le groupe semble traverser avec grand succès ne pourra que conforter l’idée de les voir revenir dans peu de temps avec un disque plus consistant. À suivre sur la durée, mais on ne peut que rester positif.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.